IAM… Majida Khattari, Plasticienne – Maroc

Kholkhal, Tirage jet d’encre pigmentaire sur toile 120 x 180 cm, 2015-2016. Courtesy Majida Khattari et L'Atelier 21

Kholkhal, Tirage jet d’encre pigmentaire sur toile 120 x 180 cm, 2015-2016. Courtesy Majida Khattari et L’Atelier 21

IAM… A Woman of Art : durant le mois de mars, IAM met en lumière 8 femmes actives dans le monde des arts, de la mode et du design. Après Emilie Regnier et Eve De Medeiros, découvrez l’univers de Majida Khattari…

Majida Khattari est une artiste plasticienne née au Maroc. C’est en 1989 qu’elle rejoint l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris après avoir étudié aux Beaux-Arts de Casablanca. Parmi les pionnières dans la monstration et la dissimulation des corps, sa pratique artistique mêle performances, installations vidéo et photographie. Ses vêtements-sculptures et ses images, traitent du statut de la femme dans l’Islam, de l’actualité politique ou encore des questions de laïcité et de religion matérialisant ainsi les incompréhensions entre l’Orient et l’Occident.

IAM : Dans un monde hyper-connecté et toujours plus petit, quel est selon vous, le rôle de l’artiste et celui d’un professionnel du monde de l’art ?
Majida Khattari : Être artiste dans un monde connecté pour moi c’est être informé en permanence, être au courant des dernières créations et réalisations, avoir une visibilité mondiale de sa propre création. Être artiste dans un monde connecté permet aussi de revisiter sa façon de voir, de créer, d’évoluer, de penser le monde tout en étant dans son atelier. En ce qui me concerne, je me connecte quand je veux m’informer et je me déconnecte quand je veux créer.

IAM : Comment définissez-vous votre travail ?
M.K. : Mon travail est une réflexion formelle sur ma propre culture et identité, cette dernière constituée  de plusieurs couches et références : Marocaines, Africaines, Arabes, Berbères … et Françaises. J’essaye à travers la création artistique, de créer des ponts et des dialogues entre les cultures.

Mahjour - Tirage jet d’encre pigmentaire sur toile 120 x 180 cm, 2015-2016. Courtesy Majida Khattari et L'Atelier 21

Mahjour – Tirage jet d’encre pigmentaire sur toile 120 x 180 cm, 2015-2016. Courtesy Majida Khattari et L’Atelier 21

IAM : Quel nom vous vient à l’esprit lorsque vous pensez à un(e) artiste qui vous a particulièrement
inspirée ?
M.K. : L’artiste qui me vient à l’esprit est Artemisia Lomi Gentileschi artiste de l’école caravagesque qui s’est imposée comme artiste femme à une époque où les femmes n’étaient pas acceptées dans le milieu de l’art.

Majida Khattari – Courtesy Majida Khattari et L’Atelier 21

IAM : Quels sont vos projets pour les prochains mois ?
M.K. : Mon projet le plus proche sera montré en juin au Musée Bargoin à Clermont-Ferrand dans le cadre du Festival International des Textiles Extraordinaires (FITE). Je dévoilerai bientôt le sujet. Évidemment, j’ai beaucoup d’autres projets qui ont besoin de soutien et de sponsors.

IAM : Un événement ou un lieu à ne pas manquer en 2016 ?
M.K.
: Après « Orientalismes » et « Luxe, désordre et volupté », je présente « Corps ornés » à la galerie d’art contemporain L’Atelier 21, à Casablanca du 15 mars au 12 avril 2016.

IAM….. free

www.majidakhattari.com
www.atelier21.ma

14.03.2016 – Propos recueillis par l’équipe de rédaction IAM – Photos © Majida Khattari et L’Atelier 21

Les billets IAM sont publiés dans leur langue d’origine | IAM blog posts are published in their original language

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CAPTCHA (fill in the correct number below to prove to us you are human) *